Glossaire du vocabulaire en startup

Glossaire du vocabulaire en startup

Le monde de la start-up est rempli de termes techniques et de jargon qui peuvent être difficiles à comprendre pour les néophytes.

 Si vous êtes intéressé par le lancement de votre propre entreprise ou si vous souhaitez simplement mieux comprendre comment les start-ups fonctionnent, il est important de prendre le temps de connaître les termes clés de ce milieu en constante évolution.

A

AARRR

“AARRR” est un acronyme qui désigne un modèle de croissance utilisé par les entreprises de logiciels en tant qu’abonnement. Le modèle “AARRR” a été développé par Dave McClure, un entrepreneur et investisseur en capital-risque, et se compose de cinq étapes: acquisition, activation, rétention, référencement et revenus. 

Chaque étape du modèle “AARRR” représente un jalon clé dans le processus de croissance de l’entreprise et vise à aider les entreprises à comprendre comment attirer, retenir et monétiser leur base d’utilisateurs.

 Le modèle “AARRR” est souvent utilisé par les entreprises de logiciels en tant qu’abonnement pour suivre leur croissance et identifier les opportunités de développement.

AB Testing

AB Testing” est un terme utilisé dans le domaine du marketing pour décrire un processus de test qui consiste à comparer deux versions d’un élément de marketing, comme une page Web ou une annonce, pour évaluer leur performance. Le test AB consiste à créer deux versions d’un élément de marketing, appelées “groupe A” et “groupe B”, et à les diffuser auprès d’un échantillon de personnes choisi au hasard. 

Les performances des deux versions sont alors comparées pour déterminer laquelle est la plus performante. 

Le test AB est souvent utilisé pour optimiser la performance de campagnes de marketing en ligne, en identifiant les éléments qui fonctionnent le mieux auprès des utilisateurs cibles.

Acquisition

Acquisition désigne l’achat d’une entreprise ou d’une propriété par une autre entreprise. Cela peut être fait pour diverses raisons, comme l’acquisition de nouvelles technologies ou de nouveaux clients. L’acquisition peut être réalisée en achetant toutes les actions d’une entreprise (acquisition totale), ou en achetant une participation minoritaire dans l’entreprise (acquisition partielle).

 Dans le contexte des start-ups, l’acquisition peut être utilisée pour décrire le processus de rachat d’une entreprise par une autre entreprise.

 Les acquisitions peuvent être financées par des fonds propres ou par des emprunts, et peuvent être réalisées en espèces, en actions ou en combinaison des deux.

AGILE

Agile est un terme qui désigne une approche de gestion de projet qui met l’accent sur la flexibilité, l’adaptation et la collaboration. 

L’approche Agile vise à permettre aux équipes de travailler de manière plus efficace et plus efficace en s’adaptant aux changements et en intégrant les retours des utilisateurs tout au long du développement d’un projet.

 L’approche Agile s’appuie sur des principes tels que l’indépendance de l’équipe, la gestion par itérations et la livraison fréquente de fonctionnalités opérationnelles. Elle est souvent utilisée dans le développement de logiciels, mais peut également être appliquée à d’autres types de projets. 

L’approche Agile se distingue de l’approche de gestion de projet traditionnelle, qui met l’accent sur la planification et le contrôle stricts à chaque étape du projet.

All hands meeting

“All hands” désigne une réunion de l’ensemble de l’équipe d’une entreprise ou d’un projet. Ces réunions sont généralement organisées pour partager des informations importantes avec l’ensemble de l’équipe, discuter de l’avancement des projets et des défis en cours, et renforcer la collaboration et la communication au sein de l’équipe. 

Les réunions “all hands” peuvent être organisées de manière régulière, comme tous les mois ou tous les trimestres, ou de manière ponctuelle en fonction des besoins de l’équipe. 

Elles sont souvent utilisées dans les entreprises à croissance rapide et dans les projets à forte collaboration, afin de s’assurer que tout le monde est au courant des derniers développements et que tout le monde travaille de manière cohérente.

B

BPI

La Banque Publique d’Investissement (BPI) est une banque française créée en 2013 pour soutenir la croissance et l’innovation des entreprises françaises. 

La BPI est une banque de développement qui a pour mission de financer les projets des entreprises et de les accompagner dans leur développement. Elle intervient sur les principaux besoins de financement des entreprises, que ce soit pour l’investissement, l’innovation, l’internationalisation ou l’accès au crédit. 

La BPI est dotée de moyens importants, notamment en matière de prêts et de garanties, et elle travaille en partenariat avec les acteurs du financement des entreprises, tels que les banques, les investisseurs et les fonds d’investissement. 

La BPI est également chargée de mettre en place des dispositifs de soutien spécifiques, tels que des fonds de capital-risque ou des dispositifs de garantie de crédit, afin de faciliter l’accès des entreprises aux financements.

BSPCE 

Les Bons de Souscription de Parts de Créateur d’Entreprise (BSPCE) sont des instruments financiers qui permettent aux créateurs d’entreprise de se faire financer par des investisseurs en échange de parts de leur société. 

Les BSPCE sont souvent utilisés par les start-ups pour lever des fonds auprès de leurs premiers investisseurs, en particulier lorsqu’il s’agit de levées de fonds en amorçage ou en série A.

Les BSPCE sont des bons qui donnent le droit à leur détenteur de souscrire à des parts de l’entreprise à une date ultérieure, généralement lors d’une prochaine levée de fonds ou à l’occasion de la réalisation d’un événement déclencheur, comme une introduction en bourse. Le prix de souscription des parts est fixé à l’avance et peut être indexé sur la valorisation de l’entreprise à la date de souscription.

Burn-down chart

Un burn-down chart est un graphique utilisé en gestion de projet pour suivre l’avancement d’un projet et identifier les problèmes éventuels qui peuvent survenir. 

Le burn-down chart représente la quantité de travail restant à effectuer sur un projet sur une période de temps donnée. 

Il est utilisé principalement dans les méthodes de gestion de projet agiles, comme Scrum, pour suivre l’avancement du projet et s’assurer que l’équipe reste sur la bonne voie pour respecter les délais prévus.

Le burn-down chart se compose de deux axes: l’axe des ordonnées représente la quantité de travail restant à effectuer, tandis que l’axe des abscisses représente le temps. Le graphique est tracé en reliant les points de données correspondant à la quantité de travail restant à effectuer à chaque étape du projet. 

Si le travail progresse comme prévu, la ligne du burn-down chart devrait descendre de manière régulière au fil du temps, indiquant que l’équipe est en train de terminer le travail prévu. Si la ligne ne descend pas de manière régulière, cela peut indiquer un problème qui nécessite une intervention.

Le burn-down chart est un outil utile pour aider l’équipe à suivre l’avancement du projet et à s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’onde. Il peut également être utilisé pour aider l’équipe à identifier les problèmes éventuels et à prendre des mesures pour les résoudre rapidement.

Burn-up chart 

Un burn-up chart est un graphique utilisé en gestion de projet pour suivre l’avancement d’un projet et identifier les problèmes éventuels qui peuvent survenir. 

Le burn-up chart se différencie du burn-down chart en ce qu’il représente la quantité de travail accompli sur un projet sur une période de temps donnée, plutôt que la quantité de travail restant à effectuer.

Le burn-up chart se compose de deux axes: l’axe des ordonnées représente la quantité de travail accompli, tandis que l’axe des abscisses représente le temps. Le graphique est tracé en reliant les points de données correspondant à la quantité de travail accompli à chaque étape du projet. 

Si le travail progresse comme prévu, la ligne du burn-up chart devrait monter de manière régulière au fil du temps, indiquant que l’équipe est en train d’accomplir le travail prévu. 

Si la ligne ne monte pas de manière régulière, cela peut indiquer un problème qui nécessite une intervention.

Le burn-up chart est un outil utile pour aider l’équipe à suivre l’avancement du projet et à s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’onde. 

Il peut également être utilisé pour aider l’équipe à identifier les problèmes éventuels et à prendre des mesures pour les résoudre rapidement.

Business angel

Un business angel est un investisseur individuel qui met de l’argent dans une entreprise en démarrage ou en croissance en échange de parts de l’entreprise. 

Les business angels sont souvent des entrepreneurs ou des professionnels expérimentés qui cherchent à aider de jeunes entreprises à démarrer ou à se développer.

 Ils apportent souvent non seulement de l’argent, mais aussi leur expérience, leur réseau et leur savoir-faire pour aider l’entreprise à réussir.

Les business angels investissent généralement de petites sommes d’argent (de quelques milliers à plusieurs millions d’euros) dans des entreprises en démarrage ou en croissance. 

Ils peuvent être des investisseurs actifs, qui s’impliquent dans la gestion de l’entreprise et apportent leur expertise, ou des investisseurs passifs, qui laissent l’entreprise se développer sans intervention.

Les business angels sont fréquemment un moyen important de financement pour les start-ups et peuvent être une alternative aux investisseurs institutionnels, tels que les fonds de capital-risque ou les banques. 

Ils peuvent également être une source de financement complémentaire pour les entreprises en croissance qui cherchent à se développer plus rapidement.

Business plan

Un business plan est un document qui décrit les aspects clés d’une entreprise, son environnement, sa stratégie et son plan de développement. 

Il s’agit d’un outil de planification qui permet de définir les objectifs de l’entreprise, de déterminer comment atteindre ces objectifs et de mesurer les progrès réalisés.

Un business plan est généralement utilisé pour présenter une entreprise à des investisseurs potentiels, comme des banques, des fonds de capital-risque ou des business angels.

 Il peut également être utilisé pour préparer un plan de développement à moyen ou à long terme, pour établir des budgets et des prévisions financières, ou pour communiquer les objectifs de l’entreprise à l’ensemble de l’équipe.

Un business plan se compose généralement de plusieurs parties, qui peuvent inclure :

  • une description de l’entreprise et de son secteur d’activité, 
  • Une analyse de l’environnement et de la concurrence, 
  • Une présentation de la stratégie de l’entreprise et de son plan de développement,
  • Une estimation des coûts et des revenus prévus, 
  • Une présentation de l’équipe de direction et de son plan de gestion. 

Un business plan peut également inclure des annexes, comme :

  • Des éléments financiers détaillés ou 
  • Des études de marché.

Business model 

Un business model décrit comment une entreprise crée, diffuse et capture de la valeur. C’est la manière dont l’entreprise génère de l’argent et comment elle utilise cet argent pour financer ses activités et sa croissance.

Il existe plusieurs types de business model, chacun ayant ses propres caractéristiques et avantages. 

Par exemple, le business model de freemium consiste à offrir un produit ou un service gratuitement, mais à facturer pour des fonctionnalités avancées ou pour l’accès à des contenus premium.

 Le business model de la vente en ligne consiste à vendre des produits ou des services en ligne directement aux consommateurs. 

Le business model de la publicité consiste à générer des revenus grâce à la diffusion de publicités sur un site web ou une application.

Le choix du business model est un élément clé de la stratégie de l’entreprise et peut avoir une grande influence sur sa viabilité et sa croissance à long terme.

Il est important de bien comprendre les forces et les faiblesses de chaque business model et de choisir celui qui convient le mieux à l’entreprise et à son environnement.

C

C-Level

Le terme C-Level désigne les postes de direction les plus élevés dans une entreprise, généralement ceux qui font partie du comité de direction (ou “comité exécutif”). 

Les postes de C-Level incluent généralement le président-directeur général (PDG), le directeur financier (CFO), le directeur des ressources humaines (DRH) et le directeur des opérations (COO).

Les personnes occupant ces postes ont une grande responsabilité dans l’entreprise et ont une influence majeure sur sa stratégie et sa direction.

 Elles sont souvent chargées de prendre les décisions les plus importantes concernant la direction de l’entreprise et de veiller à ce que l’entreprise atteigne ses objectifs.

Le terme C-Level est souvent utilisé pour décrire les postes de direction les plus élevés dans une entreprise, mais il peut également être utilisé pour décrire les personnes qui occupent ces postes. 

Par exemple, on peut parler de “l’équipe C-Level” pour désigner l’ensemble des membres du comité de direction d’une entreprise (  CODIR)

Closing

Le closing est la phase finale d’un processus de vente, dans laquelle les derniers détails sont réglés et les documents nécessaires sont signés pour finaliser la transaction.

Dans le contexte de la vente d’une entreprise, le closing peut inclure la signature de l’acte de cession de l’entreprise et la transmission de la propriété de l’entreprise au nouveau propriétaire.

 Il peut aussi inclure la finalisation de tous les détails financiers, tels que le paiement du prix d’achat et la répartition des actifs et des dettes.

Le closing peut être un processus complexe et il est important de s’assurer que tous les détails sont réglés de manière satisfaisante avant de finaliser la transaction. 

Il est souvent recommandé de faire appel à des avocats ou à des conseillers financiers pour s’assurer que toutes les questions juridiques et financières sont résolues de manière adéquate.

Coût d’acquisition

Le coût d’acquisition est le coût total pour une entreprise de gagner un nouveau client ou de faire l’acquisition d’un nouveau produit ou service. 

Il inclut tous les coûts associés à la prospection de nouveaux clients, à la négociation de contrats et à la mise en place de la relation avec le client.

Le coût d’acquisition est généralement calculé en divisant les coûts de prospection et de mise en place de la relation par le nombre de nouveaux clients ou de nouveaux produits ou services acquis. 

Par exemple :

Si une entreprise dépense 10 000 euros en publicité pour acquérir 100 nouveaux clients, son coût d’acquisition sera de 100 euros par client.

Le coût d’acquisition est un indicateur important pour mesurer l’efficacité de la stratégie de prospection de l’entreprise et pour déterminer si les coûts de prospection sont justifiés par les revenus générés par les nouveaux clients ou les nouveaux produits ou services.

Crowdfunding

Le crowdfunding est une technique de financement qui permet à une entreprise ou à un individu de collecter des fonds auprès d’un grand nombre de personnes, généralement via Internet. 

Le crowdfunding peut être utilisé pour financer un projet, lancer un produit ou démarrer une entreprise.

Il existe plusieurs types de crowdfunding, qui diffèrent principalement par la contrepartie offerte aux contributeurs. Le crowdfunding de don est le plus commun et consiste à demander des dons sans contrepartie. 

Le crowdfunding de prêt consiste à rembourser les contributeurs avec intérêts à une date ultérieure. Le crowdfunding de participation consiste à offrir des parts de l’entreprise en échange des contributions.

Le crowdfunding est devenu une source de financement populaire pour les entreprises en démarrage et les projets innovants, car il permet de collecter des fonds rapidement et sans avoir à passer par les canaux traditionnels de financement, comme les banques ou les investisseurs institutionnels. 

Cependant, il peut être difficile de réussir une campagne de crowdfunding et il est important de bien préparer sa campagne et de choisir la plateforme de crowdfunding la plus adaptée à ses besoins.

Click Through Rate

Le click-through rate (CTR) est un indicateur de performance qui mesure le nombre de clics sur un lien par rapport au nombre de personnes qui ont vu ce lien. 

Le CTR est généralement exprimé en pourcentage et est calculé en divisant le nombre de clics par le nombre de vues du lien et en multipliant le résultat par 100.

Le CTR est souvent utilisé pour mesurer l’efficacité d’une campagne de marketing en ligne, comme une campagne de publicité en ligne ou un email marketing.

 Plus le CTR est élevé, plus les gens sont enclins à cliquer sur le lien et à interagir avec le contenu. Un CTR élevé peut indiquer que le message de la campagne est attrayant et que le public cible est intéressé par le contenu proposé.

Le CTR peut varier selon le canal de marketing utilisé et le public cible. Par exemple, un CTR élevé sur les réseaux sociaux peut être différent d’un CTR élevé sur un site de recherche.

 Il est important de suivre et d’analyser le CTR pour comprendre l’efficacité de ses campagnes de marketing et pour améliorer les résultats à long terme.

D

Design sprint

Le “design sprint” est une méthode de travail de design centrée sur l’expérience utilisateur, qui permet d’aborder rapidement et de manière structurée les problèmes complexes et de développer des solutions innovantes. Il s’agit d’un processus intensif et collaboratif qui se déroule sur une période de cinq jours et qui vise à résoudre un problème précis.

Le design sprint se compose généralement de cinq étapes :

  1. Comprendre : il s’agit de définir le problème à résoudre et de déterminer les objectifs de la solution.
  2. Idéer : l’objectif de cette étape est de générer un grand nombre d’idées de solutions possibles.
  3. Décider : l’équipe doit choisir les meilleures idées et décider de la direction à prendre pour la solution finale.
  4. Prototyper : il s’agit de créer un prototype de la solution choisie, qui permet de tester cette dernière auprès de personnes extérieures à l’équipe de design.
  5. Tester : l’équipe teste le prototype auprès de personnes cibles et recueille leurs retours pour affiner la solution finale.

Le design sprint est une méthode très efficace pour développer rapidement des solutions innovantes et pour aider les équipes à prendre des décisions de manière rapide et structurée. Il permet également de mieux comprendre les besoins et les attentes des utilisateurs, ce qui est essentiel pour développer des produits et services de qualité.

Dev Team

“Dev Team” est un terme générique qui désigne l’équipe de développement d’un projet. Dans le contexte de la technologie de l’information, l’équipe de développement est responsable de la création et de l’entretien d’un logiciel, d’une application ou d’un site web. 

Elle peut être composée de développeurs de logiciels, de testeurs, de designers et de responsables de projet.

L’équipe de développement est chargée de concevoir, de développer et de tester le logiciel, d’assurer son intégration avec d’autres systèmes et de gérer les éventuels problèmes qui peuvent survenir.

 Elle travaille souvent en étroite collaboration avec d’autres équipes, telles que l’équipe de gestion de projet, l’équipe de marketing et l’équipe de soutien.

Le travail de l’équipe de développement est essentiel pour assurer la qualité et la fiabilité des logiciels et des applications. Elle joue un rôle clé dans la réussite d’un projet technologique.

Développeur back-end 

Un développeur back-end est un développeur informatique qui se concentre sur la partie du développement d’une application qui se trouve “derrière la scène”, c’est-à-dire sur le serveur. 

Le développeur back-end travaille principalement sur la logique de l’application, en utilisant des langages de programmation tels que Python, Java, PHP ou Ruby, et en travaillant avec des bases de données pour stocker et récupérer les données.

 Le développeur back-end travaille souvent en étroite collaboration avec les développeurs front-end, qui se concentrent sur l’interface utilisateur et l’expérience utilisateur de l’application.

Développeur front-end

Un développeur front-end est un développeur informatique qui se concentre sur la création de l’interface utilisateur d’une application ou d’un site web. 

Il travaille sur les aspects visuels et interactifs de l’application ou du site, en utilisant principalement des technologies telles que HTML, CSS et JavaScript. 

Le développeur front-end est responsable de l’apparence et de la convivialité du site ou de l’application pour les utilisateurs finaux. Il travaille en étroite collaboration avec les designers et les développeurs back-end pour créer une expérience utilisateur cohérente et fluide.

E

Early stage

Le terme “early stage” fait référence à une étape précoce dans le développement d’une entreprise ou d’un projet. 

Cela peut inclure la phase de création de l’idée, la recherche de financement et le lancement initial.

Au cours de cette étape, l’entreprise ou le projet est encore en cours de développement et peut être considéré comme un risque plus élevé pour les investisseurs, car il n’a pas encore été établi sur le marché.

 Cependant, cette étape est également considérée comme une opportunité pour les investisseurs de participer à la croissance de l’entreprise ou du projet dès ses débuts et de bénéficier de retours potentiellement plus élevés à long terme.

En général, les entreprises en phase précoce ont besoin de ressources supplémentaires, telles que du capital ou des compétences, pour se développer et atteindre leur potentiel à long terme.

Effet waouh

L’effet waouh, également appelé effet de surprise ou effet wow, est un phénomène psychologique qui se produit lorsqu’une personne est surprise par quelque chose de nouveau ou d’inattendu qui suscite un fort sentiment de fascination ou d’émerveillement.

L’effet waouh peut être provoqué par de nombreuses choses, comme une expérience de voyage unique, un spectacle de haute qualité ou une innovation technologique. 

L’objectif de l’effet waouh est souvent de créer une expérience mémorable pour les gens et de les laisser avec un sentiment de plaisir ou d’émerveillement.

Dans le monde des affaires, l’effet waouh peut être utilisé pour susciter l’intérêt des clients ou pour se démarquer de la concurrence en proposant une expérience unique ou inattendue.

 Par exemple, un restaurant peut utiliser des plats originaux et une présentation visuelle attrayante pour créer un effet waouh auprès de ses clients, tandis qu’une entreprise de technologie peut lancer un nouveau produit innovant pour susciter l’intérêt du public.

G

Gamification

La gamification est l’utilisation de techniques de jeu dans des contextes non ludiques afin d’engager les utilisateurs et de les motiver à atteindre des objectifs. 

Elle peut être utilisée dans de nombreux domaines, tels que l’éducation, le travail, la santé et le bien-être, et même dans la vie quotidienne.

La gamification utilise souvent des éléments tels que des points, des récompenses, des niveaux et des défis pour inciter les utilisateurs à continuer à participer et à progresser dans une activité donnée. 

Elle peut également inclure des aspects sociaux, tels que la compétition ou le partage avec d’autres utilisateurs.

L’objectif de la gamification est souvent de rendre une activité plus amusante et engageante pour les utilisateurs, afin de les motiver à continuer à participer et à atteindre des objectifs à long terme. 

Elle peut être utilisée pour améliorer l’apprentissage, la productivité, l’adoption de comportements sains ou pour atteindre d’autres objectifs de motivation.

Go to market

Le terme “go to market” (GTM) désigne généralement la stratégie de lancement d’un produit ou d’un service sur le marché. Il s’agit de la façon dont une entreprise prévoit de commercialiser et de distribuer son produit ou service auprès de sa cible de clientèle cible.

La stratégie GTM peut inclure des éléments tels que la définition de la cible de clientèle, la sélection des canaux de distribution, la création de campagnes de marketing et la détermination du prix de vente. 

Elle peut également inclure des éléments tels que la création d’un plan de lancement, la définition de la stratégie de branding et la mise en place de partenariats stratégiques.

Le GTM est souvent défini en collaboration avec les équipes de marketing et de vente de l’entreprise, et il est essentiel pour la réussite de tout lancement de produit ou service sur le marché. 

La stratégie GTM peut être modifiée au fil du temps en fonction de l’évolution du marché et de la réaction des clients.

Growth Hacking

Le growth hacking est une approche de marketing axée sur la croissance rapide et l’acquisition de nouveaux utilisateurs ou clients. Il s’agit d’une approche axée sur les données qui utilise des techniques innovantes et des expériences utilisateur uniques pour accélérer la croissance d’une entreprise.

Le growth hacking s’appuie sur une combinaison de marketing, de technologie et de créativité pour atteindre ses objectifs de croissance. 

Il utilise souvent des méthodes de test et d’apprentissage en continu pour déterminer ce qui fonctionne le mieux et pour identifier de nouvelles opportunités de croissance.

Le growth hacking est souvent utilisé par les entreprises en démarrage qui cherchent à se développer rapidement et à atteindre un large public. 

Cependant, il peut également être utilisé par les entreprises établies pour lancer de nouveaux produits ou services ou pour se développer sur de nouveaux marchés.

H

Hockey Stick

Le terme “hockey stick” désigne généralement une courbe en forme de palette de hockey qui montre une croissance rapide et soudaine après une période de croissance relativement stable. 

Cette courbe est souvent utilisée pour illustrer la croissance de différents éléments, tels que les ventes, les revenus, les utilisateurs ou les engagement.

Dans le monde des affaires, le hockey stick est souvent considéré comme un signe de succès et d’efficacité, car il montre une croissance rapide et soutenue.

 Il peut être utilisé pour illustrer la performance financière d’une entreprise ou pour montrer la croissance de son audience ou de ses utilisateurs.

Il est important de noter que le hockey stick n’est qu’une illustration et qu’il ne garantit pas nécessairement le succès à long terme d’une entreprise ou d’un projet.

 La croissance peut être instable et sujette à de nombreux facteurs externes, et il est important de continuer à travailler pour maintenir et accélérer la croissance à long terme.

I

Incubateur

Un incubateur est un programme ou une organisation qui soutient les entreprises en démarrage en leur fournissant des ressources, des conseils et un espace de travail pour les aider à se développer et à devenir des entreprises viables. 

Les incubateurs sont souvent spécialisés dans un domaine particulier, comme la technologie, la nourriture ou les arts, et visent à aider les entreprises en démarrage à surmonter les défis courants auxquels elles sont confrontées lors de leur création.

Les incubateurs proposent généralement un certain nombre de services aux entreprises en démarrage, tels que l’accès à des locaux, à des conseils d’experts, à du mentorat et à des réseaux de contacts professionnels. Ils peuvent également offrir du financement et des subventions pour soutenir la croissance des entreprises.

Les incubateurs sont souvent créés par des universités, des gouvernements ou des organisations à but non lucratif, mais ils peuvent également être créés par des entreprises établies ou des investisseurs pour développer de nouvelles idées ou pour découvrir de nouvelles opportunités de croissance.

L

Landing Page

Une landing page est une page web conçue pour être la destination finale d’un utilisateur après avoir cliqué sur un lien, généralement dans une annonce en ligne ou un email. 

Les landing pages sont généralement conçues pour être simples et axées sur un seul objectif, comme la génération de leads (informations de contact de prospects qualifiés) ou la vente d’un produit ou d’un service.

Les landing pages sont souvent utilisées dans le cadre de campagnes de marketing en ligne pour diriger les utilisateurs vers une action spécifique, comme remplir un formulaire de contact ou acheter un produit.

 Elles sont conçues pour être simples et faciles à utiliser, avec peu de distractions pour l’utilisateur afin de maximiser les chances qu’il accomplisse l’action souhaitée.

Les landing pages sont souvent utilisées en conjonction avec le marketing par courriel, les annonces en ligne et les réseaux sociaux pour générer des leads ou des ventes. 

Elles sont également souvent optimisées pour les moteurs de recherche afin d’aider à améliorer la visibilité de l’entreprise en ligne.

Lead Investor

Un lead investor est un investisseur qui prend la tête d’un tour de financement et qui dirige la collecte de fonds auprès d’autres investisseurs. 

Le lead investor est souvent le principal investisseur dans une entreprise en démarrage et peut jouer un rôle actif dans la gestion de l’entreprise.

Le lead investor est souvent choisi en fonction de son expertise dans le secteur d’activité de l’entreprise, de son réseau de contacts professionnels et de sa capacité à apporter une valeur ajoutée à l’entreprise en démarrage.

 Il peut également être choisi en fonction de sa capacité à attirer d’autres investisseurs et à finaliser le tour de financement.

Le lead investor joue un rôle clé dans le financement des entreprises en démarrage et peut avoir une influence significative sur la direction et la stratégie de l’entreprise. 

C’est pourquoi il est important de sélectionner soigneusement le lead investor lorsqu’on cherche à lever des fonds pour une entreprise en démarrage.

Lean Startup

Le lean startup est une approche de gestion de l’entreprise qui vise à développer rapidement des produits ou des services de qualité en utilisant une méthodologie itérative et axée sur les données. 

Elle vise à aider les entreprises en démarrage à éviter les coûts inutiles et à se concentrer sur les activités qui ont le plus de valeur pour les clients.

Le lean startup s’appuie sur une combinaison de développement de produit agile, de tests de marché et de mesure de la performance pour guider les décisions de l’entreprise.

 Il met l’accent sur l’apprentissage continu et l’ajustement en fonction des retours des utilisateurs et du marché, plutôt que sur la planification à long terme.

L’approche lean startup est souvent utilisée par les entreprises en démarrage pour développer rapidement de nouveaux produits ou services et pour s’adapter rapidement aux changements du marché.

 Elle vise à aider les entreprises à atteindre leur potentiel de croissance de manière rentable et efficace.

Licorne 

Une licorne dans l’univers des start-ups est une entreprise en démarrage qui a réussi à atteindre une valorisation de plus de 1 milliard de dollars. Ces entreprises sont considérées comme très précieuses et très rares, d’où le terme “licorne”.

Les licornes sont généralement des entreprises innovantes et à fort potentiel de croissance qui ont réussi à attirer l’attention des investisseurs et à lever des fonds importants.

 Elles peuvent être de tous types et de toutes tailles, allant des entreprises de technologie aux entreprises de consommation en passant par les entreprises de biens de grande consommation.

Bien que les licornes soient souvent considérées comme des entreprises très réussies, il est important de noter que le statut de licorne ne garantit pas nécessairement le succès à long terme. 

Comme pour toute entreprise, la croissance et la réussite à long terme dépendent de nombreux facteurs, tels que l’innovation, la stratégie de marketing et la gestion de l’entreprise.

Lifetime Value (LTV)

Le Lifetime Value (LTV) est une mesure de la valeur d’un client sur la durée de vie de sa relation avec une entreprise. 

C’est un indicateur clé de performance qui permet aux entreprises de déterminer combien de temps il faut pour rembourser l’investissement initial (coût d’acquisition de client) et de déterminer la rentabilité d’une stratégie de fidélisation.

Le LTV est généralement calculé en prenant en compte le montant moyen dépensé par un client sur une période donnée (par exemple, un an) et en le multipliant par la durée de vie moyenne du client (c’est-à-dire la durée pendant laquelle il continue à acheter des produits ou services de l’entreprise). 

Par exemple, si un client dépense en moyenne 100 euros par an et que la durée de vie moyenne d’un client est de 5 ans, le LTV de ce client sera de 500 euros.

Le LTV est un indicateur important pour les entreprises, car il leur permet de déterminer combien ils peuvent dépenser pour acquérir de nouveaux clients sans perdre de l’argent.

 Il est également utile pour évaluer la rentabilité de différentes stratégies de fidélisation et de rétention des clients, ainsi que pour planifier les budgets de marketing et de publicité.

M

Mêlée Quotidienne

Le Daily Scrum, également appelé la “Mêlée Quotidienne” en français, est une réunion de suivi courte et quotidienne utilisée dans le cadre de la méthode Agile de gestion de projet. Elle se tient généralement chaque jour au même moment et a pour but de maintenir l’alignement de l’équipe de développement et de s’assurer que tout le monde est au courant de l’avancement du projet.

Le Daily Scrum se déroule généralement selon le format suivant :

  1. Chaque membre de l’équipe répond à trois questions :
    • Qu’ai-je fait hier pour avancer le projet ?
    • Que vais-je faire aujourd’hui pour avancer le projet?
    • Y a-t-il des obstacles qui m’empêchent d’avancer le projet?
  2. L’équipe discute des obstacles et des moyens de les surmonter.
  3. L’équipe se fixe des objectifs pour la journée suivante.

Le Daily Scrum est généralement limité à 15 minutes et est animé par le Scrum Master, qui est responsable de s’assurer que la réunion reste concentrée sur les objectifs et les avancées du projet.

Le Daily Scrum est un outil important pour maintenir l’alignement et la transparence au sein de l’équipe de développement, et il est souvent utilisé conjointement avec d’autres outils de gestion de projet Agile, tels que le backlog du produit et le cahier des charges du sprint.

Méthode OKR

La méthode OKR (Objectifs et Clés de Résultats) est une méthode de gestion de l’objectif qui a pour but de définir et de suivre les objectifs de l’entreprise de manière claire et mesurable. 

Elle a été popularisée par Google et est maintenant largement utilisée dans de nombreuses entreprises à travers le monde.

La méthode OKR consiste à définir des objectifs à long terme (Objectifs) et des indicateurs clés de performance (Clés de Résultats) pour mesurer l’avancement vers ces objectifs. Les objectifs sont généralement ambitieux et visent à pousser l’entreprise à se dépasser, tandis que les clés de résultats sont des indicateurs quantitatifs qui permettent de mesurer l’avancement vers ces objectifs.

Le processus OKR se déroule généralement selon les étapes suivantes:

  1. Définition des objectifs: l’entreprise définit ses objectifs à long terme et établit une stratégie pour atteindre ces objectifs.
  2. Définition des clés de résultats: l’entreprise définit les indicateurs quantitatifs qui permettront de mesurer l’avancement vers ces objectifs.
  3. Établissement des objectifs et des clés de résultats de l’équipe: chaque équipe de l’entreprise définit ses propres objectifs et clés de résultats en alignement avec les objectifs de l’entreprise.
  4. Suivi et révision: l’entreprise suivra l’avancement vers ses objectifs et clés de résultats et révisera régulièrement ses objectifs et clés de résultats en fonction de l’avancement du projet.

La méthode OKR est utilisée pour aligner les efforts de l’entreprise vers ses objectifs à long terme et pour s’assurer que chaque équipe est en mesure de contribuer de manière significative à l’atteinte de ces objectifs. 

Elle permet également de s’assurer que l’entreprise se concentre sur les activités les plus importantes et les plus susceptibles de conduire à des résultats concrets.

Moat (Economic Moat)

Le “Moat” ou “Fossé” en français est un terme utilisé en finance pour décrire une entreprise qui a un avantage durable sur ses concurrents dans son secteur d’activité. 

On parle souvent de “Moat économique” pour décrire cet avantage.

Un Moat économique peut prendre différentes formes, mais il est généralement créé par des facteurs qui rendent difficile pour les concurrents de détrôner l’entreprise de sa position de leader. 

Par exemple, une entreprise qui a un avantage en matière de brevets ou de marques déposées peut avoir un Moat économique en raison de la barrière à l’entrée qu’elle crée pour les concurrents. 

D’autres exemples de Moat économique peuvent inclure une relation de fidélité forte avec les clients, un avantage en matière de coûts de production, une position de leader sur un marché en croissance, etc.

Le Moat économique est généralement considéré comme un indicateur de la durabilité à long terme d’une entreprise, car il peut aider à protéger l’entreprise contre les menaces concurrentielles et à maintenir sa rentabilité. 

Les investisseurs et les analystes financiers étudient souvent les Moats économiques lorsqu’ils évaluent les entreprises pour déterminer si elles sont des investissements solides à long terme.

MRR

Le MRR (Monthly Recurring Revenue) est une mesure de la revenu mensuel récurrent généré par une entreprise. 

Il s’agit du montant total de revenus générés chaque mois par les abonnements et les contrats à durée déterminée, tels que les abonnements à un logiciel ou à un service en ligne. 

Le MRR est un indicateur clé de performance pour les entreprises qui ont un modèle de revenus basé sur les abonnements, car il reflète la croissance à long terme de l’entreprise et la valeur de ses clients.

Pour calculer le MRR, il faut ajouter le montant de tous les abonnements et contrats à durée déterminée payés chaque mois par les clients, puis diviser le résultat par le nombre de mois de l’année. 

Par exemple:

Le service est proposé sous forme d’abonnement mensuel de 50 euros par mois. 

L’entreprise a 500 clients qui ont tous souscrit à l’abonnement. Le MRR de l’entreprise sera alors de 500 x 50 = 25 000 euros par mois.

Si l’entreprise propose également un abonnement premium de 100 euros par mois, et qu’elle a 200 clients qui ont souscrit à cet abonnement, le MRR sera alors de (500 x 50 + 200 x 100) = 35 000 euros par mois.

Le MRR est un indicateur important pour les entreprises, car il leur permet de suivre la croissance de leurs revenus sur une base mensuelle et de planifier leur stratégie de croissance à long terme. 

Il est également utile pour évaluer la rentabilité de différentes stratégies de fidélisation et de rétention des clients, ainsi que pour planifier les budgets de marketing et de publicité.

MVP 

MVP signifie “Minimum Viable Product” ou “Produit Minimum Viable” en français. C’est un concept en développement de produit qui consiste à lancer un produit avec un ensemble minimal de fonctionnalités, mais qui est suffisamment complet pour être utilisable et permettre de recueillir des retours de la part des utilisateurs.

Le but de l’MVP est de permettre aux développeurs de tester rapidement leur idée de produit auprès de leur cible de clientèle et de recueillir des données sur la façon dont le produit est utilisé et perçu. 

Cela permet aux développeurs de mieux comprendre les besoins et les attentes des utilisateurs et de s’assurer que le produit final répondra à ces besoins de manière adéquate.

MVP est souvent utilisé lorsque les développeurs sont en phase de démarrage d’un nouveau produit et veulent éviter de perdre du temps et de l’argent en développant des fonctionnalités qui ne seront pas appréciées par les utilisateurs. 

En lançant rapidement une version minimale du produit, ils peuvent obtenir rapidement des retours des utilisateurs et ajuster leur plan de développement en conséquence.

N

NPS

NPS signifie “Net Promoter Score” ou “Score de Recommandation Net” en français. 

C’est un indicateur de mesure de la satisfaction des clients qui est utilisé par de nombreuses entreprises pour évaluer la fidélité de leurs clients et la probabilité qu’ils recommandent l’entreprise à d’autres personnes.

Pour calculer le NPS, les entreprises posent généralement une question simple à leurs clients : “Sur une échelle de 0 à 10, où 0 signifie “je ne recommanderais pas du tout” et 10 signifie “je recommanderais fortement”, à quel point recommanderiez-vous notre entreprise à un ami ou à un collègue ?” 

Les réponses sont regroupées en trois catégories: les détracteurs (ceux qui ont répondu 0 à 6), les passifs (ceux qui ont répondu 7 ou 8) et les promoteurs (ceux qui ont répondu 9 ou 10).

Pour calculer le NPS, on soustrait le pourcentage de détracteurs au pourcentage de promoteurs. 

Par exemple, si 50% des répondants sont des promoteurs et 10% sont des détracteurs, le NPS serait de 50-10= 40.

 Un NPS supérieur à 50 est généralement considéré comme excellent, tandis qu’un NPS inférieur à 50 peut indiquer que l’entreprise doit travailler à améliorer la satisfaction de ses clients.

Le NPS est souvent utilisé comme indicateur clé de performance (KPI) par les entreprises pour mesurer l’efficacité de leurs efforts de fidélisation des clients et pour identifier les domaines dans lesquels elles peuvent améliorer leur service ou leur produit.

P

Paiement au clic (PPC)

Le paiement au clic (PPC) est une forme de publicité en ligne qui permet aux annonceurs de payer chaque fois qu’un utilisateur clique sur leur annonce.

 Cette forme de publicité est généralement utilisée sur les moteurs de recherche et les réseaux publicitaires en ligne, et elle est souvent utilisée pour atteindre des audiences ciblées et générer du trafic qualifié sur le site de l’annonceur.

Le PPC fonctionne en utilisant des enchères pour déterminer le prix que les annonceurs paieront chaque fois qu’un utilisateur clique sur leur annonce.

 Les annonceurs définissent généralement un budget quotidien ou mensuel pour leur campagne PPC, et le coût par clic (CPC) dépend du niveau de concurrence pour les mots-clés ciblés et de l’efficacité de l’annonce.

Le PPC est fréquemment utilisé par les entreprises pour promouvoir leurs produits ou services en ligne, car il permet de cibler les utilisateurs qui sont le plus susceptible d’être intéressés par ce qu’elles proposent.

 Cependant, il est important de bien gérer une campagne PPC pour s’assurer que les coûts ne dépassent pas le retour sur investissement (ROI). 

Les annonceurs peuvent utiliser différentes techniques de ciblage et d’optimisation pour maximiser l’efficacité de leur campagne PPC et obtenir le meilleur ROI possible.

Pitch deck

Un pitch deck est un support de présentation visuelle utilisé par les entrepreneurs pour présenter leur entreprise aux investisseurs potentiels. 

Le pitch deck est généralement composé d’une série de diapositives qui présentent de manière concise l’idée de l’entreprise, le produit ou le service, le marché cible, la stratégie de croissance et la planification financière.

Le but d’un pitch deck est de persuader les investisseurs de soutenir l’entreprise en leur fournissant suffisamment d’informations pour leur permettre de comprendre le potentiel de l’entreprise et de prendre une décision d’investissement éclairée.

Le pitch deck est généralement utilisé lors de la recherche de financement, lors de réunions avec les investisseurs ou lors de pitchs de démarrage. 

Il peut être présenté de manière orale, accompagné d’une présentation visuelle, ou envoyé par écrit aux investisseurs potentiels.

Le contenu d’un pitch deck varie en fonction de l’entreprise et du stade de développement de celle-ci, mais il peut inclure des informations sur l’équipe de direction, les produits ou services proposés, les principaux concurrents, les opportunités de marché, la stratégie de croissance, le modèle économique et les projections financières.

Pivot 

Le mot “pivot” est souvent utilisé dans le monde des startups pour décrire un changement majeur dans la stratégie ou le modèle d’affaires d’une entreprise. 

Un pivot peut être nécessaire lorsqu’une entreprise se rend compte que son produit ou service initial ne fonctionne pas comme prévu, ou lorsqu’elle rencontre des difficultés pour atteindre ses objectifs de croissance.

Un pivot peut impliquer de changer de marché cible, de produit ou de modèle d’affaires, ou de combiner plusieurs de ces éléments.

 Par exemple, une startup qui avait initialement lancé un produit pour le grand public pourrait décider de se concentrer sur les entreprises plutôt que sur les consommateurs individuels, ou de changer de modèle de vente en passant de la vente au détail en ligne à la vente en gros.

Il est important de noter que pivoter peut être une décision difficile et risquée pour une startup, car cela implique souvent de mettre de côté un certain investissement de temps et d’argent dans le produit ou le modèle d’affaires initial. 

Cependant, dans certains cas, un pivot peut être la clé pour permettre à une entreprise de se développer et de réussir à long terme.

Planning Poker 

Le Planning Poker est une méthode utilisée par les équipes de développement de logiciels pour estimer le temps et les ressources nécessaires pour terminer un projet ou une tâche.

 Il est souvent utilisé dans les méthodes de développement agile, comme Scrum, qui mettent l’accent sur la collaboration et la flexibilité.

Le Planning Poker est généralement mené en groupe et commence par une discussion sur les différentes tâches à accomplir.

 Chaque membre de l’équipe donne une estimation de la quantité de travail nécessaire pour chaque tâche en utilisant des cartes numérotées qui représentent des “points d’histoire”.

 Les points d’histoire sont une mesure relative du travail nécessaire pour terminer une tâche, et ils sont généralement utilisés plutôt que des estimations de temps en heures ou en jours pour éviter les erreurs de jugement causées par les différences de vitesse de travail individuelles.

L’objectif du Planning Poker est de parvenir à une estimation commune du travail nécessaire pour chaque tâche, qui peut être utilisée pour planifier les projets et suivre l’avancement des tâches au fil du temps.

 Le processus de Planning Poker peut être répété à différents moments au cours du projet pour s’assurer que les estimations restent précises et pour aider l’équipe à s’adapter rapidement aux changements de priorité ou de contexte.

POC 

Le mot “POC” est un acronyme qui signifie “Preuve de Concept” ou “Preuve de Principe” en français. 

Il désigne généralement un projet ou une initiative visant à démontrer la faisabilité d’une idée ou d’une solution particulière, souvent dans un contexte de développement de produits ou de technologies.

Le POC est généralement utilisé pour tester l’hypothèse de base d’un projet et valider si elle peut être mise en œuvre de manière viable. 

Cela peut impliquer la création d’une version de démonstration ou de prototype de la solution proposée, qui peut être utilisée pour collecter des données et des retours d’utilisateurs afin de mieux comprendre les éventuels défis ou les opportunités associées au projet.

Le POC peut être utilisé à différents stades de développement d’un projet, mais il est généralement mené en début de processus pour aider à déterminer si un projet est suffisamment prometteur pour justifier des investissements supplémentaires de temps et de ressources.

 Si les résultats du POC sont concluants, ils peuvent être utilisés pour développer une version complète du produit ou de la solution proposée.

Post-money Valuation

La “Post-Money Valuation” ou “valorisation post-financement” en français est un concept utilisé pour déterminer la valeur d’une entreprise ou d’une startup après qu’elle a levé des fonds auprès d’investisseurs. 

Elle est généralement utilisée lorsqu’une entreprise cherche à lever des fonds en émettant des actions ou des parts de son capital, et est utilisée pour déterminer le prix auquel ces actions ou parts seront vendues aux investisseurs.

La Post-Money Valuation est calculée en prenant la valeur de l’entreprise avant qu’elle ne reçoive des fonds (appelée “Pre-Money Valuation” ou “valorisation pré-financement” en français) et en y ajoutant le montant total de fonds levés. 

Par exemple, si une entreprise a une valorisation pré-financement de 10 millions de dollars et reçoit un financement de 5 millions de dollars, sa valorisation post-financement sera de 15 millions de dollars.

La Post-Money Valuation est importante car elle détermine le pourcentage de participation des investisseurs dans l’entreprise. 

Si une entreprise reçoit un financement de 5 millions de dollars sur une valorisation post-financement de 15 millions de dollars, les investisseurs détiendront alors une participation de 33% dans l’entreprise. 

Cela peut avoir des conséquences importantes sur les droits et les obligations des investisseurs et sur la direction de l’entreprise à long terme.

Pre-money Valuation

La “Pre-Money Valuation” ou “valorisation pré-financement” en français est un concept utilisé pour déterminer la valeur d’une entreprise ou d’une startup avant qu’elle ne reçoive des fonds auprès d’investisseurs. 

Elle est généralement utilisée lorsqu’une entreprise cherche à lever des fonds en émettant des actions ou des parts de son capital, et est utilisée pour déterminer le prix auquel ces actions ou parts seront vendues aux investisseurs.

La Pre-Money Valuation est calculée en prenant en compte plusieurs facteurs, tels que le chiffre d’affaires, les bénéfices, les perspectives de croissance, la demande du marché et la comparaison avec d’autres entreprises similaires.

Elle peut être déterminée de différentes manières, comme par une évaluation financière formelle ou par des négociations entre l’entreprise et les investisseurs potentiels.

La Pre-Money Valuation est importante car elle détermine le montant de fonds que l’entreprise peut lever et le pourcentage de participation des investisseurs dans l’entreprise. 

Si une entreprise a une valorisation pré-financement de 10 millions de dollars et reçoit un financement de 5 millions de dollars, les investisseurs détiendront alors une participation de 33% dans l’entreprise. 

Cela peut avoir des conséquences importantes sur les droits et les obligations des investisseurs et sur la direction de l’entreprise à long terme.

Pre-Seed Round

Le “Pre-Seed Round” ou “tour pré-semi” en français est une étape de financement d’une entreprise ou d’une startup qui a lieu avant le premier tour de financement en capital-risque (appelé “Seed Round” ou “tour de semence” en français). 

Il s’agit généralement du premier financement obtenu par une entreprise, et il peut être utilisé pour développer un prototype ou une version de démonstration de son produit ou service, pour recruter une équipe de développement ou pour couvrir les dépenses de démarrage liées au lancement de l’entreprise.

Le Pre-Seed Round peut être financé par diverses sources, telles que les fonds propres de l’entrepreneur, les amis et la famille, les incubateurs ou les accélérateurs de startups, ou les “business angels” (investisseurs individuels qui investissent leur propre argent dans des startups en échange d’une participation). 

Les montants de financement du Pre-Seed Round peuvent varier considérablement, mais ils sont généralement inférieurs à ceux du Seed Round, qui se situe généralement entre 500 000 et 2 millions de dollars.

Le Pre-Seed Round est souvent considéré comme une étape cruciale pour les startups qui cherchent à passer à l’étape suivante de leur développement et à se positionner pour une levée de fonds plus importante dans le futur. 

Cela peut être un moment difficile pour les entreprises, car elles doivent fréquemment faire preuve de créativité et d’ingéniosité pour trouver des sources de financement et démontrer leur potentiel de croissance.

Private Equity (PE)

Le Private Equity ou “capital-investissement” en français est un type de financement qui consiste en l’achat de participations dans des entreprises non cotées en bourse par des fonds d’investissement ou des investisseurs individuels. Les fonds de Private Equity sont généralement des fonds fermés, ce qui signifie qu’ils ne sont pas accessibles au grand public et que les investisseurs doivent avoir un certain seuil d’investissement pour y participer.

Les fonds de Private Equity cherchent souvent à investir dans des entreprises en croissance qui ont le potentiel de générer des retours sur investissement élevés à long terme. 

Ils peuvent apporter une aide financière et stratégique aux entreprises qu’ils investissent, notamment en leur fournissant du capital de développement, en leur offrant un accès à leur réseau de relations et en les aidant à mettre en place des structures de gestion efficaces.

Le Private Equity peut être un moyen attrayant pour les entreprises de lever des fonds, car il offre souvent des taux de retour potentiellement élevés et permet de conserver un certain degré de contrôle sur l’entreprise. 

Cependant, il peut également entraîner une dilution de la participation des actionnaires existants et impliquer des contraintes de gestion plus strictes imposées par les investisseurs de Private Equity.

Product Backlog

Le “Product Backlog” ou “liste de produits” en français est un outil utilisé dans les méthodes de développement agile pour gérer et prioriser les idées, les fonctionnalités et les tâches nécessaires pour développer un produit ou un service. 

Il s’agit généralement d’une liste en évolution constante qui est gérée et mise à jour par l’équipe de développement et qui est utilisée pour planifier les sprints (périodes de développement courtes et intenses) et pour suivre l’avancement du projet.

Le Product Backlog est généralement organisé en fonction de la valeur attendue de chaque élément de la liste pour l’utilisateur final ou pour l’entreprise. 

Les éléments les plus importants et les plus urgents sont placés en tête de liste, tandis que les éléments moins importants sont placés en fin de liste.

 L’équipe de développement travaille généralement sur les éléments en haut de la liste lors des sprints suivants, en s’assurant que les éléments les plus importants sont traités en priorité.

Le Product Backlog est un outil clé pour permettre à l’équipe de développement de rester concentrée sur les objectifs à long terme du projet tout en étant capable de s’adapter rapidement aux changements de contexte ou de priorité. Il peut également être utilisé pour communiquer avec les parties prenantes et les utilisateurs finaux afin de s’assurer que le produit ou le service développé répond à leurs besoins et à leurs attentes.

Product Roadmap

La “Product Roadmap” ou “feuille de route produit” en français est un document qui décrit les étapes et les objectifs à court et à long terme de développement d’un produit ou d’un service.

 Elle est généralement utilisée par les équipes de développement de produits pour planifier et prioriser les fonctionnalités et les tâches nécessaires pour atteindre ces objectifs, et pour communiquer ces plans aux parties prenantes internes et externes de l’entreprise.

La Product Roadmap peut être sous forme de document textuel ou de diagramme visuel, et peut inclure des informations sur les fonctionnalités prévues, les délais de lancement, les ressources nécessaires et les principaux risques ou incertitudes associés au développement du produit. 

Elle peut également inclure des indicateurs clés de performance (KPI) pour mesurer la réalisation des objectifs de développement du produit.

La Product Roadmap est un outil clé pour aider les équipes de développement de produits à rester concentrées sur les objectifs à long terme du produit tout en étant capables de s’adapter rapidement aux changements de contexte ou de priorité.

 Elle peut également être utilisée pour communiquer avec les parties prenantes et les utilisateurs finaux afin de s’assurer que le produit développé répond à leurs besoins et à leurs attentes.

R

Roadmap

Une roadmap est un plan à long terme qui définit les étapes et les objectifs à atteindre pour réaliser un projet ou une stratégie.

 Elle peut être utilisée dans différents contextes, tels que le développement de produits, la gestion de projets, l’organisation de événements, etc.

Une roadmap est généralement représentée sous forme de diagramme ou de calendrier qui indique les étapes clés à suivre et les délais prévus pour chaque étape. Elle peut également inclure des informations sur les ressources nécessaires et les personnes responsables de chaque étape du projet.

L’objectif d’une roadmap est de fournir une vue d’ensemble du projet et de permettre aux différents membres de l’équipe de savoir où ils en sont et ce qui doit être fait à chaque étape. Elle peut également être utilisée pour communiquer les plans et les objectifs aux parties prenantes et pour suivre l’avancement du projet.

Il est important de noter que la roadmap n’est pas un plan rigide et qu’elle peut être modifiée en fonction de l’évolution du projet ou de l’apparition de nouvelles opportunités ou défis.

 Il est donc important de la mettre à jour régulièrement pour s’assurer qu’elle reflète l’état actuel du projet et pour aider à maintenir le cap sur les objectifs à long terme.

Run Rate

Le run rate (ou taux de fonctionnement) est un indicateur financier qui mesure les performances d’une entreprise sur une période donnée en utilisant les données de l’exercice en cours. 

Il permet de prévoir les résultats futurs de l’entreprise en extrapolant les données de l’exercice en cours sur une période plus longue.

Le run rate est généralement utilisé pour évaluer la performance financière de l’entreprise sur une période de temps plus longue, telle que l’année en cours ou les 12 prochains mois. 

Il peut être calculé en utilisant différentes mesures financières, telles que les revenus, les bénéfices ou le chiffre d’affaires.

Pour calculer le run rate, on commence par sélectionner la période de temps sur laquelle on souhaite prévoir les résultats futurs.

 On utilise ensuite les données de l’exercice en cours pour estimer les résultats futurs en multipliant ces données par le nombre de périodes de temps que l’on souhaite couvrir. 

Par exemple, pour estimer les résultats de l’année en cours, on peut multiplier les données du trimestre en cours par 4.

Il est important de noter que le run rate est une projection et qu’il peut être influencé par de nombreux facteurs, tels que l’évolution des conditions économiques, la concurrence, les changements de stratégie de l’entreprise, etc. 

En conséquence, il ne doit pas être utilisé comme une prévision absolue, mais plutôt comme un outil pour aider à évaluer la performance de l’entreprise et à prendre des décisions stratégiques.

ROAS

Le retour sur investissement publicitaire (ROAS, pour Return On Advertising Spend) est un indicateur qui mesure l’efficacité d’une campagne publicitaire en comparant les revenus générés à partir de cette campagne aux coûts de publicité engagés. Il est généralement exprimé en pourcentage et est calculé en divisant les revenus générés par les coûts de publicité.

Voici comment on peut calculer le ROAS :

ROAS = (Revenus générés par la campagne publicitaire / Coûts de la campagne publicitaire) x 100

Par exemple :

Si une entreprise a dépensé 1 000 € en publicité et qu’elle a généré 10 000 € de revenus grâce à cette campagne, son ROAS sera de 1000/10000 x 100 = 10%.

Le ROAS est un indicateur important pour évaluer l’efficacité d’une campagne publicitaire et pour déterminer si les coûts de publicité sont justifiés par les revenus générés. Plus le ROAS est élevé, plus la campagne est considérée comme rentable. 

Si le ROAS est inférieur à 100%, cela signifie que les coûts de publicité ont été supérieurs aux revenus générés et que la campagne n’a pas été rentable.

Il est important de noter que le ROAS peut être influencé par de nombreux facteurs, tels que la qualité du produit ou du service vendu, la cible de la campagne, la concurrence, etc. 

En conséquence, il ne doit pas être utilisé comme un indicateur unique, mais plutôt en combinaison avec d’autres indicateurs pour avoir une vision complète de l’efficacité d’une campagne publicitaire.

S

Scalable

Le mot “scalable” se réfère à la capacité d’un système, d’un processus ou d’une solution à être adapté ou à s’adapter facilement à des évolutions ou des variations de volume, de taille ou de demande.

Par exemple, une solution logicielle scalable peut être utilisée efficacement par un petit groupe d’utilisateurs tout en étant capable de gérer une forte croissance du nombre d’utilisateurs sans perte de performance ou de qualité. 

De même, une entreprise scalable est en mesure de répondre à une croissance de la demande pour ses produits ou services sans nécessiter de modification majeure de ses processus de production ou de distribution.

La scalabilité est un critère important à prendre en compte lorsqu’on développe ou qu’on adopte une solution ou une stratégie, car elle peut permettre d’éviter les coûts supplémentaires liés à l’ajout de ressources ou de modifications de processus pour répondre à une croissance de la demande.

 Elle peut également aider à maintenir la qualité et la performance d’un système ou d’une entreprise dans le temps.

Il est important de noter que la scalabilité dépend de nombreux facteurs, tels que la technologie utilisée, la structure organisationnelle, les ressources disponibles, etc.

 Il est donc important de prendre en compte ces facteurs lorsqu’on évalue la scalabilité d’une solution ou d’une stratégie.

Scale-up 

Le terme “scale-up” se réfère à la croissance rapide d’une entreprise ou d’une organisation en termes de taille, de revenus ou de performance. Cela peut se faire en augmentant la production ou en gagnant de nouveaux clients.

Par exemple.

Le scale-up peut être une étape clé dans le développement d’une entreprise, car il peut permettre de passer à un niveau supérieur de performance et de réaliser de nouvelles opportunités de croissance. 

Cependant, le scale-up peut également être une étape difficile, car il nécessite souvent une augmentation des ressources et une adaptation des processus pour répondre à la croissance de l’entreprise.

Pour réussir un scale-up, il est important de disposer de ressources suffisantes (humaines, financières, technologiques, etc.) et de disposer d’une stratégie adaptée à cette croissance. 

Il est également important de mettre en place des processus de gestion efficaces pour s’assurer que l’entreprise est en mesure de gérer la croissance de manière organisée et efficace.

Il est également important de noter que le scale-up ne convient pas à toutes les entreprises et qu’il peut ne pas être la stratégie la plus adaptée dans certaines situations. 

Par exemple, une entreprise qui a déjà atteint un niveau de croissance maximal pourrait ne pas avoir de potentiel de scale-up et devrait plutôt se concentrer sur la consolidation de ses positions.

Scrum

Scrum est une méthode de gestion de projet qui a été initialement développée pour les projets de développement logiciel, mais qui est maintenant utilisée dans de nombreux domaines différents.

 Elle est particulièrement populaire dans le monde des start-ups, où elle est souvent utilisée pour gérer les projets de développement de produits et de services.

Scrum s’appuie sur une approche itérative et incrémentale qui permet de livrer rapidement des résultats concrets tout en permettant de s’adapter rapidement aux changements de direction ou aux imprévus. 

Elle met l’accent sur la collaboration et la communication entre les membres de l’équipe et sur la flexibilité pour s’adapter aux évolutions du projet.

La méthode Scrum se compose de plusieurs éléments clés :

  • Les équipes Scrum : elles sont composées de personnes ayant différentes compétences et responsabilités qui travaillent ensemble pour réaliser le projet.
  • Les sprints : ils sont des périodes de temps fixes (généralement de 1 à 4 semaines) pendant lesquelles une partie du projet est développée et livrée.
  • Le produit Backlog : il s’agit d’une liste d’éléments à réaliser pour le projet, qui est priorisée et mise à jour en continu par l’équipe Scrum.
  • Le Daily Scrum : il s’agit d’une réunion quotidienne de l’équipe Scrum durant laquelle chacun partage ce qu’il a fait la veille, ce qu’il prévoit de faire ce jour-là et s’il y a des obstacles à lever.
  • Le Scrum Master : il est responsable de faciliter le travail de l’équipe Scrum et de s’assurer que la méthode est correctement appliquée.

Scrum est une méthode flexible qui peut être adaptée à de nombreux contextes et qui permet de livrer rapidement des résultats concrets tout en s’adaptant aux changements de direction.

 Elle est particulièrement adaptée aux projets de développement de produits ou de services et est souvent utilisée dans les start-ups.

Seed Enterprise Investment Scheme

Seed Enterprise Investment Scheme (SEIS) est un dispositif fiscal britannique qui vise à encourager l’investissement dans les start-ups et les entreprises en démarrage. 

Il permet aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu ou sur la fortune en échange de leur investissement dans une entreprise éligible.

Pour être éligible au SEIS, une entreprise doit remplir certaines conditions :

  • Elle doit être une entreprise en démarrage ou en phase de démarrage, c’est-à-dire qu’elle doit être en activité depuis moins de 2 ans et avoir moins de 50 employés.
  • Elle doit être une entreprise indépendante, c’est-à-dire qu’elle ne doit pas être détenue majoritairement par une autre entreprise.
  • Elle doit avoir pour objet l’exploitation d’une activité commerciale ou industrielle et ne pas être principalement axée sur l’investissement.

Le SEIS est un dispositif fiscal qui vise à encourager l’investissement dans les start-ups et les entreprises en démarrage en offrant une réduction d’impôt aux investisseurs.

 Il est limité aux entreprises en démarrage ou en phase de démarrage et aux entreprises indépendantes qui exploitent une activité commerciale ou industrielle.

Série A

La série A en startup est une étape de financement qui intervient généralement après la phase de démarrage (ou seed) et qui consiste en l’obtention de fonds auprès d’investisseurs professionnels, tels que des fonds de capital-risque ou des business angel.

 Elle est souvent considérée comme la première étape de financement “sérieuse” pour une startup, car elle implique des montants plus importants et des investisseurs plus expérimentés.

Lors de la série A, la startup émet des actions en échange de fonds auprès des investisseurs. Le montant des fonds levés lors de la série A peut varier considérablement, mais il se situe généralement entre 500 000 et 10 millions de dollars.

La série A est une étape importante pour une startup, car elle lui permet de disposer de fonds suffisants pour poursuivre son développement et atteindre une étape de rentabilité. 

Elle permet également à la startup de bénéficier de l’expérience et du réseau des investisseurs qui ont participé à la levée de fonds.

Il est important de noter que la série A est souvent accompagnée d’une dilution de l’actionnariat de la startup, c’est-à-dire que les actionnaires existants voient leur participation diminuer en raison de l’émission de nouvelles actions.

 Cela peut être un point à prendre en compte lors de la négociation de la série A, car il peut avoir un impact sur la valorisation de la startup et sur la répartition des droits et des responsabilités entre les actionnaires.

Série B

La série B en startup est une étape de financement qui intervient généralement après la série A et qui consiste en l’obtention de fonds auprès d’investisseurs professionnels, tels que des fonds de capital-risque ou des business angels. 

Elle est souvent considérée comme une étape de financement “plus mature” pour une startup, car elle implique des montants plus importants et des investisseurs plus expérimentés.

Lors de la série B, la startup émet des actions en échange de fonds auprès des investisseurs. Le montant des fonds levés lors de la série B peut varier considérablement, mais il se situe généralement entre 5 et 30 millions de dollars.

La série B est une étape importante pour une startup, car elle lui permet de disposer de fonds suffisants pour poursuivre son développement et atteindre une étape de rentabilité. 

Elle permet également à la startup de bénéficier de l’expérience et du réseau des investisseurs qui ont participé à la levée de fonds.

Il est important de noter que la série B est souvent accompagnée d’une dilution de l’actionnariat de la startup, c’est-à-dire que les actionnaires existants voient leur participation diminuer en raison de l’émission de nouvelles actions. 

Cela peut être un point à prendre en compte lors de la négociation de la série B, car il peut avoir un impact sur la valorisation de la startup et sur la répartition des droits et des responsabilités entre les actionnaires.

Shareholders’ Agreement

Un shareholders’ agreement (ou accord d’actionnaires) est un contrat qui régit les relations entre les actionnaires d’une entreprise et qui définit leurs droits et leurs obligations.

 Il est généralement conclu entre les actionnaires d’une entreprise avant que celle-ci ne soit créée, mais il peut également être conclu à tout moment au cours de la vie de l’entreprise.

Un shareholders’ agreement peut couvrir de nombreux sujets différents, tels que :

  • La répartition des droits de vote et de participation aux décisions de l’entreprise
  • La répartition des bénéfices et des pertes de l’entreprise
  • Les modalités de cession ou de transfert des actions
  • Les modalités de nomination ou de révocation des dirigeants de l’entreprise
  • Les modalités de dissolution ou de liquidation de l’entreprise

Un shareholders’ agreement est un contrat privé qui n’est pas enregistré auprès des autorités publiques et qui n’est pas rendu public.

 Il est donc important de le rédiger de manière précise et complète pour éviter tout litige entre les actionnaires.

Il est recommandé de faire appel à un avocat pour rédiger un shareholders’ agreement, afin de s’assurer que toutes les dispositions prévues sont conformes aux lois et réglementations en vigueur et que les intérêts de chaque actionnaire sont pris en compte de manière équitable.

Software-as-a-Service (SaaS)

Le Software-as-a-Service (SaaS) est un modèle de distribution de logiciels qui consiste à fournir un logiciel via une plateforme en ligne, généralement sous forme de service payant. Le logiciel est hébergé sur les serveurs de l’éditeur ou d’un tiers et est accessible aux utilisateurs via internet.

Le SaaS présente de nombreux avantages pour les utilisateurs, notamment :

  • Pas de coût d’acquisition initial : les utilisateurs n’ont pas besoin d’acheter le logiciel ni de payer pour son installation et sa configuration. Ils paient un abonnement mensuel ou annuel pour accéder au service.
  • Pas de coût de maintenance : les utilisateurs n’ont pas à s’occuper de la maintenance ou de la mise à jour du logiciel, qui sont assurées par l’éditeur.
  • Accessibilité : les utilisateurs peuvent accéder au logiciel depuis n’importe quel appareil connecté à internet, ce qui leur permet de travailler depuis n’importe où.

Le SaaS est particulièrement adapté aux entreprises qui ont besoin de logiciels spécifiques mais qui n’ont pas les ressources pour les acheter et les maintenir en interne.

 Cela permet aux entreprises de se concentrer sur leur cœur de métier et de bénéficier d’un logiciel de qualité sans avoir à s’en préoccuper.

Il est important de noter que le SaaS implique un accès à distance aux données de l’utilisateur, qui peuvent être stockées sur les serveurs de l’éditeur. 

Cela peut poser des problèmes de confidentialité ou de sécurité si les données ne sont pas protégées adéquatement.

Sprint 

Un “sprint” est une période de travail intense et concentrée pendant laquelle une équipe travaille sur un projet spécifique. 

Le sprint a généralement une durée de quelques jours à une semaine et vise à résoudre un problème ou à réaliser un objectif spécifique.

Dans le contexte d’une startup, un sprint peut être utilisé pour développer et tester rapidement une idée de produit ou une nouvelle fonctionnalité. 

L’objectif du sprint est de permettre à l’équipe de se concentrer sur un projet en particulier et de progresser rapidement grâce à une planification et une exécution efficaces.

Le sprint est souvent utilisé en conjonction avec la méthodologie Agile, qui vise à favoriser la collaboration et la flexibilité dans le développement de produits. 

Dans ce cadre, l’équipe travaille en cycles courts appelés “sprints” et se réunit régulièrement pour revoir et ajuster son plan de travail en fonction des changements et des progrès réalisés.

Sprint Planning

Le “sprint planning” est une étape importante dans la méthodologie Agile, qui est généralement utilisée dans le développement de produits. Il s’agit d’une réunion de planification qui a lieu avant le début d’un sprint, au cours de laquelle l’équipe détermine les tâches à accomplir pendant le sprint et comment elles vont être exécutées.

Le sprint planning se déroule en plusieurs étapes :

  1. Définition des objectifs du sprint : l’équipe définit les objectifs à atteindre durant le sprint et comment ils s’inscrivent dans le plan à plus long terme.
  2. Sélection des tâches : l’équipe sélectionne les tâches qui devront être accomplies pendant le sprint, en prenant en compte les ressources et les délais disponibles.
  3. Estimation des tâches : l’équipe estime le temps nécessaire pour accomplir chaque tâche sélectionnée.
  4. Création du plan de travail : l’équipe crée un plan de travail détaillé qui décrit comment les tâches seront exécutées et qui indique qui sera responsable de chaque tâche.

Le sprint planning est une étape importante car il permet à l’équipe de se concentrer sur les tâches les plus importantes et de planifier efficacement son travail pour atteindre les objectifs du sprint. 

Il peut également aider à identifier les défis et les problèmes potentiels avant qu’ils ne surviennent, ce qui peut faciliter la réalisation des objectifs du sprint.

Sprint Review 

Le “sprint review” est une étape de la méthodologie Agile qui a lieu à la fin de chaque sprint. Il s’agit d’une réunion dans laquelle l’équipe présente les résultats de son travail au cours du sprint et discute de ce qui a été accompli et de ce qui reste à faire.

Le sprint review a plusieurs objectifs :

  1. Présenter les résultats : l’équipe présente les résultats de son travail au cours du sprint, en mettant en avant les réalisations et les progrès effectués.
  2. Discuter des leçons apprises : l’équipe discute de ce qui a fonctionné et de ce qui n’a pas fonctionné pendant le sprint, et tire des leçons de ces expériences.
  3. Planifier la prochaine étape : l’équipe discute de ce qui reste à faire et planifie la prochaine étape du projet.
  4. Obtenir des retours : l’équipe obtient des retours sur son travail de la part de ses clients ou de ses utilisateurs finaux, et utilise ces retours pour améliorer les futurs sprints.

Le sprint review est une étape importante car il permet à l’équipe de faire le point sur ses progrès et de planifier efficacement la suite de son travail.

 Il peut également être utilisé pour obtenir des retours et de nouvelles idées de la part de ses clients ou de ses utilisateurs finaux.

Sprint Retrospective

La “sprint retrospective” est une étape de la méthodologie Agile qui a lieu à la fin de chaque sprint. Il s’agit d’une réunion dans laquelle l’équipe se réunit pour discuter de ce qui a fonctionné et de ce qui n’a pas fonctionné pendant le sprint, et pour identifier les opportunités d’amélioration pour les sprints futurs.

La sprint retrospective a plusieurs objectifs :

  1. Identifier les réalisations : l’équipe identifie les réalisations et les progrès effectués pendant le sprint.
  2. Discuter de ce qui a fonctionné et de ce qui n’a pas fonctionné : l’équipe discute de ce qui a bien fonctionné et de ce qui n’a pas fonctionné pendant le sprint, et identifie les facteurs qui ont contribué à ces résultats.
  3. Identifier les opportunités d’amélioration : l’équipe identifie les opportunités d’amélioration pour les sprints futurs et décide comment mettre en œuvre ces améliorations.
  4. Planifier la prochaine étape : l’équipe planifie la prochaine étape du projet en tenant compte des enseignements tirés de la sprint retrospective.

La sprint retrospective est une étape importante car elle permet à l’équipe de se concentrer sur l’amélioration continue et de trouver des moyens d’être plus efficace et de mieux répondre aux besoins de ses clients ou de ses utilisateurs finaux.

Stealth mode

Le “stealth mode” est un terme utilisé pour décrire une entreprise qui est en train de développer un produit ou un service en secret, sans divulguer de détails sur son projet à l’extérieur.

 Le stealth mode est souvent utilisé par les startups qui veulent protéger leur idée de produit ou de service avant de la présenter sur le marché.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une entreprise peut choisir de passer en mode furtif :

  1. Protéger l’idée de produit : en gardant leur projet secret, les entreprises peuvent éviter que leur idée de produit soit copiée ou volée par des concurrents.
  2. Se concentrer sur le développement : en évitant les distractions, les entreprises peuvent se concentrer pleinement sur le développement de leur produit ou service.
  3. Gérer les attentes : en limitant les informations disponibles sur leur projet, les entreprises peuvent mieux gérer les attentes de leurs clients et de leurs investisseurs.

Le stealth mode peut être une stratégie utile pour les entreprises qui cherchent à protéger leur idée de produit et à se concentrer sur son développement, mais il peut également poser des défis, comme la difficulté à recruter des employés ou à obtenir des financements.

Sweat Equity

Le “sweat equity” est une forme de capital qui représente le temps et les efforts investis par les fondateurs ou les employés d’une entreprise avant qu’elle ne soit rentable. 

Le sweat equity peut être utilisé comme une forme de rémunération alternative pour les fondateurs et les employés qui travaillent dans une startup en démarrage et qui n’ont pas encore les moyens de leur payer un salaire.

Le sweat equity peut prendre plusieurs formes, comme des actions de l’entreprise ou des droits d’auteur sur les produits ou les services développés par l’entreprise.

 Il peut également inclure des avantages en nature, comme des frais de déplacement ou un logement.

Le sweat equity est souvent utilisé comme une forme de compensation pour les employés et les fondateurs d’une startup qui n’ont pas encore les moyens de leur payer un salaire, mais qui ont des compétences et des connaissances précieuses pour l’entreprise. 

Il peut être un moyen de maintenir l’engagement et la motivation de l’équipe en attendant que l’entreprise soit rentable. Cependant, il est important de bien documenter et de valoriser le sweat equity pour éviter les conflits futurs.

T

Target Company

Une “target company” est une entreprise ciblée par une autre entreprise pour une acquisition ou une fusion. La target company peut être une entreprise en démarrage ou une entreprise établie qui a des actifs, des compétences ou une clientèle qui intéressent l’entreprise qui la cible.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une entreprise peut être intéressée par une target company :

  1. Accéder à de nouveaux marchés : en acquérant une entreprise qui opère dans un secteur ou un pays différent, l’entreprise peut accéder à de nouveaux marchés et étendre sa portée.
  2. Acquérir de nouvelles compétences ou technologies : en acquérant une entreprise qui possède des compétences ou des technologies uniques, l’entreprise peut renforcer ses propres capacités et offrir de nouveaux produits ou services.
  3. Éliminer la concurrence : en acquérant une entreprise qui est un concurrent direct, l’entreprise peut éliminer la concurrence et renforcer sa position sur le marché.

Il est important de noter que l’acquisition d’une target company n’est pas toujours réussie, et qu’elle peut poser des défis, comme la fusion de deux cultures d’entreprise ou la gestion de la transition.

Term Sheet

Un “term sheet” est un document qui décrit les conditions et les modalités d’une transaction commerciale, généralement une fusion ou une acquisition d’entreprise, mais également une levée de fonds ou une collaboration. 

Le term sheet est utilisé pour fixer les grandes lignes de la transaction et pour guider les négociations ultérieures.

Le term sheet inclut généralement des informations sur les parties impliquées dans la transaction, sur les termes financiers et sur les obligations et les responsabilités de chaque partie. 

Il peut également inclure des informations sur la structure de la transaction, sur les conditions de réalisation de la transaction et sur les garanties ou les protections offertes aux parties.

Le term sheet est un document important car il permet aux parties de fixer les grandes lignes de la transaction et de s’entendre sur les principaux termes avant de passer aux détails de la transaction. 

Cependant, il est important de noter que le term sheet n’est pas un contrat juridiquement contraignant et que les parties doivent encore conclure un accord définitif pour mettre en œuvre la transaction.

Total Addressable Market (TAM)

Le “Total Addressable Market” (TAM) est un terme utilisé pour décrire le marché total qui peut être atteint par une entreprise ou un produit.

 Il s’agit de l’ensemble des personnes ou des organisations qui pourraient être intéressées par l’achat de produits ou de services de l’entreprise, en prenant en compte tous les facteurs pertinents, tels que la géographie, la démographie et le comportement d’achat.

Le TAM est souvent utilisé pour évaluer le potentiel de croissance d’une entreprise ou d’un produit et pour déterminer les investissements nécessaires pour atteindre ce potentiel.

Il peut être calculé de différentes manières, en fonction de l’industrie et du produit en question.

Il est important de noter que le TAM ne représente pas le marché réellement atteint par l’entreprise ou le produit, mais plutôt le potentiel maximal de l’entreprise ou du produit en prenant en compte tous les facteurs pertinents. 

Le marché réellement atteint par l’entreprise ou le produit est généralement appelé “Served Available Market” (SAM).

U

Unicorn

Unicorn est un terme informatique qui fait référence à une entreprise de technologie privée qui a atteint une valorisation en bourse de plus de 1 milliard de dollars.

 Le terme a été popularisé à la suite de l’explosion de la bulle des start-ups de la Silicon Valley à la fin des années 2010, lorsque de nombreuses entreprises technologiques ont vu leur valeur en bourse exploser en raison de l’engouement des investisseurs pour les nouvelles technologies.

 Les entreprises qui atteignent une valorisation en bourse de plus de 1 milliard de dollars sont souvent appelées “licornes”, en référence à l’animal mythique qui est rare et précieux.

User Story

Une user story est un type de spécification de logiciel qui est utilisé dans le développement agile de logiciels. 

Elle consiste en une description courte et concise d’une fonctionnalité souhaitée par l’utilisateur, qui décrit ce que l’utilisateur veut faire et pourquoi il le veut. 

Une user story est généralement écrite sous la forme “En tant qu’utilisateur, je veux pouvoir [faire quelque chose] afin de [obtenir un résultat particulier]”.

Les user stories sont utilisées pour aider les équipes de développement à comprendre les besoins des utilisateurs et à prioriser les fonctionnalités à développer en fonction de leur importance pour l’utilisateur final. 

Elles sont généralement utilisées dans les méthodes de développement agile, telles que Scrum, car elles permettent de décrire rapidement et de manière simple les fonctionnalités souhaitées sans entrer dans les détails de la façon dont elles seront implémentées technique.

UX/UI (user experience)

L’expérience utilisateur (UX) et l’interface utilisateur (UI) sont deux termes qui décrivent respectivement la façon dont un utilisateur percevra et interagira avec un produit ou un service.

L’expérience utilisateur (UX) désigne l’ensemble des perceptions et émotions ressenties par un utilisateur lorsqu’il utilise un produit ou un service.

 L’UX vise à créer une expérience agréable, efficace et satisfaisante pour l’utilisateur, en prenant en compte ses besoins, ses attentes et ses motivations.

L’interface utilisateur (UI) désigne l’ensemble des éléments visuels et interactifs qui permettent à un utilisateur de naviguer et d’interagir avec un produit ou un service. 

L’UI comprend notamment les éléments de l’interface tels que les boutons, les menus, les textes et les images qui permettent à l’utilisateur de comprendre et d’utiliser le produit.

Ensemble, l’UX et l’UI visent à créer une expérience utilisateur agréable et intuitive pour l’utilisateur, afin qu’il puisse accomplir ses tâches de manière efficace et sans frustration.

V

Valorisation

La valorisation est le processus de détermination de la valeur d’un actif, d’une entreprise ou d’un projet. 

Elle peut être effectuée à différents niveaux, comme la valorisation d’un actif financier, d’une entreprise ou d’un projet d’investissement.

Il existe plusieurs méthodes de valorisation qui sont utilisées pour évaluer la valeur d’un actif, d’une entreprise ou d’un projet. 

Certaines méthodes sont basées sur les résultats passés et sur les projections de résultats futurs, tandis que d’autres sont basées sur les comparaisons avec des actifs similaires ou sur la valeur de remplacement de l’actif.

La valorisation est importante car elle permet de déterminer la valeur d’un actif, d’une entreprise ou d’un projet et de prendre des décisions éclairées en matière d’investissement ou de financement. 

Elle est souvent utilisée par les investisseurs pour évaluer la rentabilité potentielle d’un actif ou d’une entreprise, et par les entreprises pour évaluer la valeur de leurs actifs et pour établir des objectifs de croissance et de rentabilité.

Value Proposition

La proposition de valeur (ou value proposition en anglais) est une déclaration qui résume les avantages et les bénéfices que proposent un produit ou un service à ses utilisateurs ou à ses clients. 

Elle vise à expliquer pourquoi les gens devraient choisir ce produit ou ce service plutôt qu’un autre sur le marché.

La proposition de valeur est un élément clé de la stratégie de marketing d’une entreprise, car elle permet de se démarquer de la concurrence et de convaincre les clients potentiels de l’utilité et de la qualité de son produit ou de son service. 

Elle doit être claire, concise et percutante, et mettre en avant les points forts du produit ou du service qui sont les plus importants pour les clients.

Il est important de définir sa proposition de valeur de manière précise et de la communiquer de manière claire, afin de pouvoir cibler les clients potentiels de manière efficace et de les convaincre de l’utilité de son produit ou de son service.

VC (capital risque) 

Le capital-risque (VC en anglais) est un type de financement accordé à des entreprises en démarrage ou en croissance qui ont besoin de capital pour développer leur activité.

 Les entreprises qui reçoivent du capital-risque sont souvent considérées comme étant à haut risque, car elles sont encore en phase de développement et ont peu ou pas de revenus.

Le capital-risque est apporté par des investisseurs professionnels, souvent des fonds de capital-risque ou des business angels. 

Ces investisseurs prennent le risque de financer des entreprises en démarrage en échange d’une participation au capital de l’entreprise.

 En cas de succès de l’entreprise, les investisseurs peuvent réaliser un retour sur investissement important.

Le capital-risque est généralement utilisé pour financer la recherche et le développement, l’acquisition de nouveaux clients et le développement de nouveaux produits ou services.

Il est souvent utilisé par les entreprises qui ont besoin de capital pour accélérer leur croissance, mais qui ont du mal à obtenir du financement auprès de sources traditionnelles de financement, comme les banques.

Vesting (Schedule)

Un vesting schedule (ou échéancier de vesting en français) est un plan qui définit les modalités de l’acquisition de droits de propriété sur un actif, généralement des actions de l’entreprise.

 Il est généralement utilisé lorsque les actions sont octroyées en tant qu’incitation à des employés ou à des dirigeants, ou lorsqu’elles sont achetées avec des fonds provenant de la vente de l’entreprise.

Un vesting schedule définit généralement la durée pendant laquelle l’employé ou le dirigeant doit être en poste pour acquérir pleinement ses actions, ainsi que le nombre d’actions qui lui sont octroyées à chaque étape du processus.

 Par exemple, un vesting schedule peut prévoir que l’employé acquière 25% de ses actions après un an de travail, 50% après deux ans et les 75% restants après trois ans.

Le vesting schedule a pour but de inciter les employés et les dirigeants à rester en poste et à travailler pour l’entreprise sur une période prolongée, afin de s’assurer qu’ils ont un intérêt à long terme dans le succès de l’entreprise.

 Cela peut être particulièrement utile pour les entreprises qui font appel à des employés hautement qualifiés et qui veulent les retenir sur le long terme.

W

Wireframe

Un wireframe (ou maquette filaire en français) est un schéma de base utilisé en conception de produits numériques, qui permet de définir l’architecture de l’interface et de visualiser la structure de l’information d’un site web ou d’une application mobile.

 Il s’agit d’une étape précoce dans le processus de conception, qui permet de définir la structure de base d’un produit numérique et de planifier son contenu et sa navigation.

Un wireframe est généralement créé sous forme de dessin ou de schéma simplifié, qui présente l’ensemble des éléments de l’interface, tels que les titres, les textes, les images et les boutons, mais sans se concentrer sur leur mise en forme ou sur leur aspect visuel.

 Le wireframe permet de se concentrer sur l’organisation de l’information et sur la façon dont l’utilisateur interagira avec le produit, plutôt que sur son apparence esthétique.

Le wireframe est généralement utilisé comme base pour la création de maquettes plus détaillées et pour la conception de l’interface finale du produit.

 Il permet de s’assurer que l’organisation de l’information et la navigation du site ou de l’application sont claires et logiques, avant de se concentrer sur l’aspect visuel.

Sommaire

Votre message

[contact-form-7 id="32231" title="Sans titre"]